Un peu d'histoire: chenillette Renault UE

Un petit blindé français.

La chenillette Renault UE : un best seller français




Un peu d'histoire: chenillette Renault UE




http://staticclub.caradisiac.com/1/mecanique-technique/chars/photo/4961117496/2753114494/chars-uknarmorvehicle-img.jpg


Pendant le premier conflit mondial, un des problèmes que rencontraient les états majors était l'approvisionnement sur le front en munition, armes, obus et le déplacement des pièces d'artillerie en terrain accidenté. Le tout était fait avec des chevaux et des mules, ou alors, à dos d'homme. l'approvisionnement était assez aléatoire et très risqué.[smileyperso


Au début des années 20, l'état major français, conscient de ce problème, se pencha sur la question et il fut décidé d'étudier un blindé de petite taille capable de tracter un canon avec ses munitions en terrain accidenté et d'arriver rapidement au plus près du front.


Il fallut attendre 1929 pour qu'un prototype de tracteur automoteur fut essayé, mais ce fut un échec cuisant et il fut décidé de créer un véhicule vraiment spécifique pour ce genre de ravitaillement.
Plusieurs solutions furent évoquées : le camion standard de 3.5 tonnes, l'automitrailleuse Citroën Kegresse et la chenillette anglaise Carden-Loyd MK VI qui pourait être fabriquée sous licence par Brandt arment en France.


Le 24 juillet 1930, la Commission de Vincennes rejeta le camion et l'automitrailleuse, jugés trop lourds (on s'en serait douté) et opta pour un petit transport d'armement de type Vickers.
En décembre 1930, il fut commandé à trois entreprises (Renault, Citroën et Brandt) de fabriquer des prototypes.
Les commandes portaient sur des tracteurs blindés avec leurs remorques chenillées ainsi que des remorques porte char afin d'emmener ces véhicules par camion.  :o

Au printemps 1931, les prototypes étaient prêts :


Le Citroën ne fut pas retenu car jugé trop vulnérable et peu pratique.[smileyperso

Brandt, qui n'avait pas trop l'expérience de ce type de véhicule, confia la fabrication à Latil qui proposa un engin très proche du Bren Gun Carrier.
La commission retint cette machine pour essai.


http://staticclub.caradisiac.com/1/mecanique-technique/chars/photo/4961117496/27531127fc/chars-vehicu10-img.jpg
Le prototype Brandt/Latil


Quant à Renault, il tint les délais et son prototypes fut envoyé en test et malgré quelques défauts mineurs vite corrigés, celui ci fut très apprécié. Un prototype avec des chenilles en caoutchouc fut aussi essayé mais la fragilité de celles ci posa trop de problèmes.


Finalement, en octobre 1931, la commission choisit le projet de Renault. La chenillette tracteur d'artillerie Renault UE fut née !


http://staticclub.caradisiac.com/1/mecanique-technique/chars/photo/4961117496/27531171a1/chars-renault-saumur-00048b3a-img.jpg
Le spécimen de Saumur avec sa remorque chenillée.


Description de la machine (modèle 31)


C'était un tout petit véhicule long de 2.80 m et large d'1.74 m et haute au maximum de 1.25 m. Sa benne blindée inclinable, située à l'arrière était blindée et pouvais emmener 350 kgs en munitions.
La remorque chenillée, quant à elle, mesurait 1.45 m en longueur, 1.10 en largueur et 0.35 m en hauteur. Elle pesait 775 kgs à vide et pouvait emmener 600 kgs de chargement. Les chenillettes pouvaient être retirées pour des trajets sur route. Le pilote et le chef de char se trouvaient à l'avant du véhicule côte à côte dans deux postes séparés protégés par deux coupoles blindées rabattables. Quand celles ci sont rabaissées, la communication entre le pilote et le chef de char se fait par un système de lumières de couleurs blanches, bleues rouges et vertes conçues pour briller de manière continue ou pour clignoter selon un code bien défini :  :o

Marche avant : lumière blanche continue
A gauche : lumière bleue continue
A droite : lumière verte continue
Marche arrière : lumière blanche clignotante
Ralentir : lumière rouge clignotante
Arrêt : lumière rouge continue
Détacher la remorque : lumières blanche et rouge alternées
Incliner la benne : lumières blanches et vertes alternées


valait mieux pas être daltonien ![smileyperso


Entre les deux postes, se trouvait le moteur, un 4 cylindres Renault de 38 cv accouplé à une boite à 6 vitesses en marche avant et deux marches arrières. Deux réservoirs d'essence sont placés derrière les deux membres d'équipage donnant une capacité totale de 56 litres et permettant une autonomie de 100 kms.


Le blindage était de 9 mm au mieux et il n'y avait aucun armement hormis ceux des membres d'équipage.


Le système de roulement est très proche du Vickers. Les chenilles mesurent 18.4 cm de large et sont composées de 131 maillons.


Le tout pesait 2640 kgs et permettait une vitesse de 25 km/h sur route et 10 km/h en tout terrain.
Elle pouvait franchir des gués de 30 cm, franchir des tranchées d'1.20 m et gravir des pentes à 50 %.


http://staticclub.caradisiac.com/1/mecanique-technique/chars/photo/4961117496/275311057e/chars-2-img.jpg
La production chez Renault


En 1934, Renault lança une nouvelle version de sa UE qui devient la UE 2. C'est amélioration était :


des pistons renforcés
une nouvelle boite de vitesse 4 rapports + marche arrière
différentiel renforcé
nouveau garde boue avant
un nouveau système semi automatique d'attachement de la remorque
un nouveau feu rouge arrière


Production


Pour des raisons pratiques, la productions des UE furent confiées aussi a d'autres constructeurs :
AMX : 1080 unités
Fouga : 260 unités
Berliet : 310 unités au 1er avril 1940


En tout, la production totale s'éleva à 5148 unités ce qui fait de la chenillette Renault UE le blindé français le plus produit.


Il est a noté qu'a partir de mai 1940, il fut décidé de lancer une dernière série armée d'une mitrailleuse MAC de 7.5 mm mais le nombre exact de véhicule n'est pas connu.


http://staticclub.caradisiac.com/1/mecanique-technique/chars/photo/4961117496/275311847e/chars-renaultue-02-img.jpg
Un modèle armé


Au combat :


Cette petite machine, n'étant pas un char, ne put combattre mais rendit bien des services pour l'approvisionnement des munitions, le transport de médicament, l'évacuation de blessés, de la reconnaissance et certaines firent office d'estafette durant cette période de grosse pagaille.
Mon père qui avait été soldat dans la poche de Sedan avait vu leur lieutenant de section les abandonner face aux Panzer en piquant la chenillette UE qui leur était affectée et détalé à toute vitesse.:q

http://staticclub.caradisiac.com/1/mecanique-technique/chars/photo/4961117496/2753121eec/chars-renault-37r-img.jpg
Au front


Après l'armistice du 25 juin, les allemands autorisèrent l'Armée de Vichy l'usage de la chenillette du fait quelles n'étaient pas armées. Après le débarquement, elles furent récupérées en nombres et servirent dans l'armée Française quelques années après la guerre.  :o


Certaines furent récupérées par des civils qui s'en servirent comme matériel agricole et dont certaines tournaient encore dans les années 1970.


http://staticclub.caradisiac.com/1/mecanique-technique/chars/photo/4961117496/2753122077/chars-item-img.jpg
Un exemplaire abandonné dans la campagne française


Sous la Svastika


A l'armistice, la Wehrmatch en récupéra environ 3000 et s'en servi pour tracter ses canons de 37 mm, 50 mm et des 76.2 mm ainsi que d'autres armes de prises.
Elle fut envoyée sur tout les fronts, aussi bien dans le désert qu'en Russie et sur le front européen.
Certaines furent modifiées avec des petites casemates armées et d'autres furent modifiées en canon automoteur avec l'adoption du PaK 36 de 37 mm. D'autres reçurent même des lances roquettes.
Bref, les allemands en firent un usage intensif.


http://staticclub.caradisiac.com/1/mecanique-technique/chars/photo/4961117496/2753108aa5/chars-gepanzerte-renault-brussel-img.jpg
http://staticclub.caradisiac.com/1/mecanique-technique/chars/photo/4961117496/27531195eb/chars-renaultue1-img.jpg
Quelques modèles modifiés par les allemands




La série roumaine : la Senitela Malaxa Tip UE


En 1937, la Roumanie acheta à la France une dizaine d'exemplaires et obtient la licence pour la production de la chenillette dans leur usine de Malaxa. Les roumains pensèrent en produire 300 exemplaires mais en mars 1941, seuls 126 exemplaires avaient été produits et la production s'arrêta du fait de manque de pièces en provenance de France. Les allemands leur fournirent alors une cinquantaine d'exemplaires capturés.
Les roumains s'en servirent dans les unités anti char comme tracteur du canon antichar Schneider modèle 36 de 47 mm et du canon allemands PaK 38 de 50 mm et aussi pour l'instruction.




Caractéristiques :


Constructeur : Renault
Production : 1932 à 1941
Unités produites : 5168 en France et 126 en Roumanie


Equipage : 2 hommes
Longueur : 2.80 m
Largeur : 1.64 m
Hauteur : 1.25 m
Masse totale : 2.64 tonnes
Blindage : 9 mm
Armement : aucun sauf pour la dernière série qui reçoit une MAC 7.5 mm
Moteur : 1 moteur Renault 75 de 30 cv et 1 moteur Renault 85 de 38 cv
Autonomie : 100 kms
Vitesse sur route : 30 km/h maxi et 10 Km/h en tout terrain.


Conclusion :


Une petite machine bien conçue et facile d'utilisation qui fut utilisée un peu à toutes les sauces et qui rendit de bons et loyaux services sous des horizons aussi différents que dans le désert, les paysages européens ou les steppes de Russie.  :)

 Merci Flyinngpat pour l'article.

Réactions (17)


  • En chargement...

Que pensez-vous de World of Tanks ?

155 aiment, 72 pas.
Note moyenne : (242 évaluations | 51 critiques)
4,3 / 10 - Médiocre

329 joliens y jouent, 478 y ont joué.