Un peu d'histoire: Le Maus

Un bien grosse souris.

MAUS : UN BLOCKHAUS (VAGUEMENT) MOBILE...






Un peu d'histoire: Le Maus




Monstrueux !
Un peu d'histoire: Le Maus


Juin 1942, on demande à Ferdinand Porsche de concevoir un char très lourd à destination du front de l'Est.

Il est prévu d'en établir un tous les 10km afin de "verrouiller" les lignes.

la fiche-programme tourne au délire pur et simple :

-Une tourelle pivotante garnie d'un canon de 128mm, voire 150 !
-Un canon coaxial de 75mm (rien que ça...  )
-Le blindage devra être épais d'au moins 200mm à l'avant et 180 sur les côtés... 

Le poids est vite calculé : Le monstre va tourner aux alentours de... 200 tonnes !

Le docteur Porsche est conscient dès le départ que l'engin ne sera pas un "vrai" char de combat mais plutôt une casemate mobile...

On l'appelle vite Maus (souris...) et on se rend tout aussi vite compte que la bestiole ne sera jamais préte pour 1943.

TOUT est à faire !

D'abord la mécanique...

Il faut au moins 1000cv pour ne serait-ce que le déplacer, on se tourne donc vers les "motoristes aviation" : Daimler-Benz répond présent avec son MB509, un V12 essence de 1095cv !
Pour la transmission inutile de songer y greffer une "simple" boite de vitesses qui ne résistera pas longtemps au traitement qui lui sera imposé, d'autant que Porsche a toujours été un fervent défenseur de la traction électrique.
Le moteur n'aura donc qu'une fonction de groupe électrogène, l'énergie transmise aux barbotins étant issue de moteurs électriques, ce qui simplifiera beaucoup la chaîne cinématique de l'engin. 




Le moteur est juste derrière le pilote, la génératrice sous la tourelle et les barbotins dans la continuité.
T1




La suspension ne tient pas le choc, on fait, refait et défait plusieurs fois...

L'état-major veut qu'on y greffe un lance-flamme et un armement léger (une MG34 d'auto-défense) : On perd encore du temps à caser tout ça.


Ce n'est qu'en décembre 1943 que le prototype fait ses premiers tours de roues (et encore n'a t-il qu'un lest en lieu et place de tourelle), bien sur on s'aperçoit que l'engin ne passera pas sur les ponts, normal quand on pèse 188 tonnes !

On le rend étanche, ce qui aura pour corollaire de limiter l'effet des gaz de combat pour l'équipage d'ailleurs, et on tente de l'équiper d'un Schnorchel mais ça marche mal ! 

On fait mieux : Une bouteille d'oxygène pour l'équipage et... On coupe le moteur pour la submersion !

Comment fait-il pour avancer alors ?

Simple : L'électricité pour actionner les chenilles était fourni par un autre Maus resté sur la berge au moyen d'un cable (une rallonge quoi !  )

N'étant plus limité par la hauteur du Schnorchel le Maus pouvait franchir un cours d'eau de 9m de profondeur (en théorie du moins car on cherche encore à comprendre comment un engin de 188 tonnes aurait bien pu évoluer dans de la vase sans s'y enliser).

Pour les "performances", mieux vaut en rire :

16km/h dans les meilleurs conditions sur la meilleure route... (Un simple Fenwick est bridé à 18 !  Le seul véhicule que le Maus peut doubler c'est une péniche fluviale remontant le courant d'un fleuve !  )

En tout-terrain impossible de passer la barre des 10km/h.

De toute façon sachant que "plus on roule vite plus on consomme" il était inutile d'en rajouter : Ainsi équipé le char consommait 17 litres au kilomètre sur route (et 42 en tout-terrain).




T2




Les réservoirs renfermaient 2650 litres de carburant plus un bidon extérieur supplémentaire de 1000 litres, et il ne fallait pas compter franchir plus de 150km avec "l'archi-plein" !


Un second Maus fut construit en mars 1945 propulsé (si l'on peut dire...) par un Daimler-Benz 517 Diesel de 1200cv, sans que celà ne change grand'chose à la placidité de l'engin.

Les 2 tanks furent récupérés par les troupes Russes alors que les Allemands avaient tentés sans succès de les détruire à l'explosif.

Celà leur permit d'en reconstruire un et de l'évaluer: C'est celui qui est exposé au musée de Kubinka.

Désormais exposé en Russie.
http://images.forum-auto.com/mesimages/52606/Maus

Les américains mettront la main sur 9 chassis en cours de construction mais ils les ferrailleront après-guerre.

Blindage d'une épaisseur comprise entre 40 et 350mm suivant les endroits.

Armement :
Un canon Kwk 44 L/55 de 128mm approvisionné à 68 coups et un Kwk 44 L/36.5 de 75mm en coaxial approvisionné à 200 coups.
Une mitrailleuse MG34 approvisionnée à 1000 coups.
Un lance-flamme.

Equipage :
Un pilote et un radio à l'avant dans la caisse, chef de char, tireur et 2 chargeurs en tourelle.

Le Maus était sensé être transportable sur voie ferrée, mais il avait recours à une plate-forme spécifique à 14 essieux.
De toute façon il engageait le gabarit ferroviaire et ne pouvait donc être déployé partout.

Surface portante : 1.45kg au cm2, ce qui garantissait un enlisement du char sur terrain meuble (très fréquent dans l'Est) et l'impossibilité de l'en sortir compte-tenu de sa masse !

Dès 1944 il n'était déjà plus invulnérable aux Roquettes alliés tirées par les chasseurs-bombardiers, il souffrait de plus du même problème que le Tigre Royal déjà évoqué (mais en pire) : Sa trop grande lenteur ! Si les chars et fantassins ne pouvaient effectivement le détruire ils ne leur était pas trop compliqué de le contourner et de fait d'isoler l'engin. 

Même sans retards de production le Maus n'aurait pas pu changer le cours de la guerre.

Des bruits ont toujours courus sur le fait que les 2 prototypes auraient été utilisés pour la défense de Berlin en avril 45 : Rien n'est moins certain aujourd'hui... 


Un Maus défend les ruines de la capitale du Reich : Une légende.
http://images.forum-auto.com/mesimages/52606/Maus




On se quitte avec un diaporama accompagné par AC/DC  : http://www.youtube.com/watch?v=-pYVmn2LJAc


  • En chargement...

Que pensez-vous de World of Tanks ?

155 aiment, 69 pas.
Note moyenne : (239 évaluations | 51 critiques)
5,1 / 10 - Moyen

326 joliens y jouent, 473 y ont joué.