Un peu d'histoire: Renaut D1

Bien avant la clio, le D1

Le char Renault D 1 : pas franchement une réussite




Un peu d'histoire: Renaut D1


chars-d1silhouettegv1-img.jpg


En 1923, Renault essaie de trouver un successeur à son char FT 17 qui commence à accuser son âge. Il en ressortira 2 prototypes appelés NC 1 et NC 2. Ces prototypes seront équipés, pour le NC 1, de chenillettes métalliques et pour le NC 2, de chenillettes souples. Par souci d'économie, ils reprendront de nombreux éléments de leur prédécesseurs.
En 1925, après essais, le NC 2 est tout de suite abandonné et le NC 1 fera l'objet d'une petite série de 10 chars pour le Japon.


chars-renault_nc1-img.jpg
Le prototype NC 1 en manoeuvre




En 1926, l'état major établi un nouveau programme de char léger et d'accompagnement d'infanterie afin de remplacer les vieux FT 17. Renault décide de ressortir son NC 1 du placard et y fait apporter de nouveaux aménagements afin de correspondre à ce nouveau programme : une tourelle avec un canon de 47 mm, un blindage accru et une augmentation de l'habitabilité afin d'y recevoir un troisième homme d'équipage, un opérateur radio (une première en France).
Ce nouveau char sera appelé successivement char NC 28, puis NC 3 et enfin Char D 1 et UT dans la nomenclature Renault.


L'état major, étant satisfait de ses performances, en commande 10 en 1929 qui seront livrés en 1931, puis passe une commande de 150 unités supplémentaires dont les livraisons vont s'échelonner entre 1932 et 1935.


Description de la bête :


C'est avant tout, un char léger (14 tonnes) dont le blindage pèse à lui seul 11 tonnes. Celui est composé de plaques rivetées d'une trentaine de mm sur les surfaces verticales et d'une dizaine de mm sur le dessus et sur le bas. La caisse est prévue pour trois membres d'équipage dont un Radiotélégraphe car le morse est préféré à la radiophonie à cause du bruit particulièrement fort dans l'habitacle. Le matériel utilisé est le poste ER 52 pour les chars subordonnés et ER 52 bis pour les chars de commandement.
Ce matériel pèse 50 kgs (c'est du lourd ) et a une portée de 2 à 3 kms.


chars-9521348-img.jpg


Côté mécanique, c'est pas franchement du nerveux. Il est équipé du moteur 4 cylindres Renault 25 CV essence de 6082 cm3 développant 74 chevaux à 2000 tour minutes ce qui lui autorise une vitesse maxi de 18 km/h, ce qui n'est guère plus rapide que sont prédécesseur. Il est équipé d'une boite de vitesse à six rapports en marche avant et une marche arrière.
Il peut cependant gravir des côtes de 50 à 60 % et franchit des fossés de 2,20 m de large.


Les dix premiers exemplaires seront équipés de la tourelle du FT 17 dans un premier temps, puis en 1932, les nouveaux exemplaires seront équipés de la tourelle Schneider ST 1 qui sera vite abandonnée et remplacée en 1936 par la tourelle ST 2 équipée d'un canon de 47 mm modèle 1934 (en fait un 47 mm marine modèle 1885 amélioré) dont l'obus peut percer 25 mm d'acier à 400 m et d'une mitrailleuse Reibel de 7,5 mm.


chars-oorlog_d1_1930-img.jpg
Les premiers modèles, avec la tourelle du FT 17




Malgré sa modernité apparente, ce char n'est pas exempt de défauts. Sa tourelle manque d'ergonomie et est exigüe. Son train de roulement manque de fiabilité, il est sous motorisé, son autonomie n'est que de 120 kms et son blindage et son armement, au fil des années, deviennent insuffisants.
De ce fait, il seront rélégués, dès 1937 en 2ème ligne et envoyés en Tunisie.


Carrière opérationnelle :


Celle ci sera assez courte. Il sera utilisé jusqu'en 1937 comme char de bataille en accompagnant les vieux FT 17 lors des manoeuvres avant d'être rélègués comme char de seconde zone et envoyé en Tunisie. Mais en juin 1940, devant la situation catastrophique de l'armée française, 43 chars seront renvoyés en catastrophe en France pour renforcer les effectifs de la 6ème DIC durement malmenée dans les combats de mai. Malgré le courage de leurs équipages, il n'y aura pas de miracle. Leurs faibles performances et leur blindages légers les rendront vulnérables aux armes antichars allemandes et aux panzers. Tous les chars seront perdus lors des combats autour de Suippes et de Souain dans la Marne.


Les exemplaires restants en Afrique du Nord combattront contre les américains lors de l'opération Torch en novembre 1942 puis contre les troupes italo-allemandes en Tunisie, puis seront réformés en 1943.


chars-d1_04-leschars-img.jpg
chars-9521285-img.jpg


Les modèles définitifs avec leurs tourelles ST 2




Conclusion :


Somme toute, un char mal conçu et très sous motorisé qui n'a jamais remplacé le FT 17 qu'il était censé remplacer. Malgré tout, il allait donner naissance au D 2 plus performant et mieux équipé et qui fera l'objet d'un autre sujet.


Caractéristiques :


Longueur : 4,71 m (5,30 m avec queue de franchissement)
Largeur : 2,18 m
Hauteur : 2,50 m
Poids total : 14 tonnes
Equipage : 3 hommes
Blindage : 30 mm dans les parties exposées
Armement : 1 canon SA de 47 mm
1 mitrailleuse Reibel de 7,5 mm
Moteur : 1 quatre cylindre Renault essence donnant 74 ch à 2000 tour/mn
Vitesse sur route : 18 km/h
Autonomie : 120 km avec un réservoir de 165 litres

  Merci a Jensen.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de World of Tanks ?

155 aiment, 69 pas.
Note moyenne : (239 évaluations | 51 critiques)
4,6 / 10 - Moyen

326 joliens y jouent, 473 y ont joué.